La taille de pierre

L'atelier "taille de pierre" a démarré dès cet été par la construction d'une dizaine d'établis appropriés pour la taille de pierre pesant jusqu'à une cinquantaine de kg. Puis des gabarits ont été découpés dans une feuille de plastique pour chacune des pierres de l'arc de la porte Mauguio.

5  sessions de taille ont eu lieu en 2021, comprenant la formation des adhérents-apprentis tailleurs de pierre. En 2022 , il faudra terminer la taille des pierres de l'arc, de tailler les pierres manquantes des montants de la porte et de réaliser un bâti de montage de l'arc. 

Le dernier atelier de taille de pierre de la saison, mené dans le cadre de la restauration de la porte du château de Montferrand, a eu lieu le 18 juin à l’ancien Chai des Matelles. Pour marquer cet évènement, la Communauté de communes, l’association Pic patrimoine, l’architecte Thomas Robardet-Caffin et le tailleur de pierre, Meilleur Ouvrier de France, Frédéric Matan ont organisé une visite de l’atelier.

Alain Barbe, Président de la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup et Alain Poulet, président de Pic Patrimoine, ont exprimé leur satisfaction de voir que le projet de sauvegarde du château se poursuit. Ils ont remercié tous les acteurs qui y consacrent du temps.

 

Thomas a précisé que les tailleurs allaient construire le gabarit de montage du cintre. Le cintre en pierre sera monté à sec (sans joint) au sol (c'est à dire pas sur les piliers de chaque côté) pour vérification et exposition aux Journées Européennes du Patrimoine 2022, les 18 et 19 septembre 2022. Les tailleurs de pierre (et de bois) feront le travail sous sa direction. Quand la plate-forme devant la porte Mauguio aura été reconstruite (en pierres sèches sous l'égide d'un murailler), pierres taillées, bâti de montage et échafaudage seront transportés et installés sur place. La restauration de la porte pourrait être achevée en 2023.

Frédéric Matan a ensuite présenté les élèves du collège Frédéric Mistral et leur professeur. Après l’avoir filmé dans son atelier, cette équipe de quatre collégiens est partie enquêter sur les traces de ses rénovations dans la ville de Montpellier et l'a suivi jusqu'au château de Montferrand. Leur court métrage «La pierre m’attend», primé clap d’argent, lors du concours «Je filme le métier qui me plait» dans la catégorie Construction/Bâtiment et travaux publics, a été projeté. Il est visible sur https://www.parcoursmetiers.tv/video/13349-la-pierre-mattend

Tous les participants ont ensuite partagé un apéritif convivial.

IMG_3289.JPG
IMG_3291 (003).JPG
Porte de Mauguio.jpg

La porte de Mauguio

Frédéric Matan

Meilleur ouvrier de France

La vidéo de l'atelier

Thomas Robardet-Caffin  -  Architecte 

Docteur en histoire de l'architecture médiévale

A la recherche de la vague

Un petit accident

Pas d'équerre

On taille dans tous les sens

Des courbes généreuses

Je l'aurai !

Les pierres sont prêtes pour l'arc

Première étape : la réalisation de l'arc
 

Livraison des pierres

Plan pour les jambages

Inventaire des pierres

Frédéric Matan

Deuxième étape : la réalisation des jambages
 

Témoignages

Jean Paul

Une expérience qui en dit long sur le travail de la pierre et on ne s’imagine pas ce que faisaient les bâtisseurs avec les mêmes outils mais dans des conditions moins confortables !

Christophe

La taille de pierre : une méthode et un savoir-faire.

Un professionnel comme guide, une ambiance conviviale : tout cela au profit d’un emblème iconique du Pic Saint Loup !

Fred

La découverte d’une activité manuelle inconnue, difficile mais encadrée par un expert !

La satisfaction de participer à la réfection et la sauvegarde d’une partie du château de Montferrand !

Sandrine

Une belle expérience, un travail difficile pour un investissement qui en vaut la peine !

Fantastique de se dire qu’une pierre taillée par soi sera à l’entrée du Château !

Anne

Un mot : patience !

Maîtrise, minutie, concentration, doigté et rythme au menu du taillant !

Ouf avec le ciseau : on peut taper !

Abel

Le travail de la pierre est un savoir-faire bien plus dur que celui du bois : persévérance oblige !

Alain

La première séance fut un calvaire ! Depuis j’ai appris et c’est comme le violon : beaucoup de patience et de modestie !

Une magnifique expérience !